Made in France
  • Français
ESPACE PRO CONTACT
Pulpe de Vie
3 choses à savoir pour bien choisir son déodorant

3 choses à savoir pour bien choisir son déodorant

Dans la vie, il en va des déos comme des boîtes de chocolat : on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Entre les sprays, les sticks, les déodorants à bille, en poudre, rechargeables, compressés… Vous ne savez plus où donner de l’aisselle ni comment choisir ce produit du quotidien si simple, auquel on demande juste une chose : éviter les odeurs corporelles. Alors arrêtez de vous faire suer : voici tout ce qu’il y a à savoir pour bien choisir votre déo, et le garder !

Produit du quotidien, réflexe matinal et abonné de votre liste de courses, il n’est pourtant pas si facile à trouver. On le veut le plus naturel possible, mais qui dure toute la journée ; il doit être pratique tout en respectant l’environnement. Bref : voici de quoi bousculer vos idées reçues et vous aider à y voir plus clair sur les dessous (de bras) ces petits life-savers du quotidien.

1. Les déodorants sont faits pour lutter contre l’odeur de la sueur

Hé non ! La sueur elle-même ne sent pas mauvais. Ce sont les bactéries qui aiment bien y proliférer, car elles adorent les nutriments présents dans la transpiration, qui produisent cette odeur caractéristique (la fameuse fragrance « bus bondé de 18h », hmm). Celle-ci est différente d’un individu à l’autre en fonction de ce que vous mangez, de ce que vous portez et évidemment, du rythme auquel vous vous douchez. Votre déo, lui, ne lutte pas directement contre ces odeurs mais aide à éliminer les bactéries qui en sont à l’origine. Les déos industriels vont utiliser pour cela des ingrédients soupçonnés d’être dangereux :

  • Du triclosan, suspecté d’être un perturbateur endocrinien,
  • Des sels d’aluminium, qui pourraient favoriser le cancer du sein
  • De l’alcool qui dessèche la peau

Pour éviter cela, il faut choisir un déodorant qui utilise des composés naturels pour faire la chasse aux bactéries, comme les prébiotiques : c’est un engrais naturel dont se nourrissent les « bonnes » bactéries, qui va réguler la microflore de la peau et ainsi éliminer les odeurs sans produit chimique.

2. Les déos bio ou naturels ne sont pas efficaces / ne durent pas assez longtemps

Ca dépend ! Il faut bien regarder la liste des ingrédients et ne pas hésiter à en tester plusieurs : les ressentis en termes d’efficacité peuvent être très différents en fonction des femmes, de leur degré de sudation, de leur seuil de tolérance à l’humidité…

Pour être vraiment efficace, il faut que le déodorant combine 3 actions : lutter contre les bactéries on l’a vu, mais aussi absorber l’humidité à l’aide de poudres (talc, amidon de maïs par exemple), et apporter un côté adoucissant pour éviter d’irriter la peau très fragile de cette zone (huiles végétales, beurre de karité…). The cherry on the déo, c’est la petite touche parfumée qui va bien, mais attention, le parfum n’est pas destiné à masquer les odeurs et s’il est trop présent, ça peut même être totalement contreproductif !

Niveau texture, choisissez le bon compromis entre le pratique et l’écologique : bannissez les sprays qui envoient des gaz toxiques dans l’atmosphère, évitez les textures liquides qui ont tendance à faire des auréoles et à couler, et ceux qu’il faut appliquer à la main (pas très simple en déplacement…) Préférez plutôt des baumes en format bâtonnet, dans des tubes carton recyclables : le meilleur déchet étant celui qui n’est pas produit, les recharges plastiques de contenants déjà en plastique ne sont pas forcément les meilleures solutions.

3. Le mieux c’est encore de fabriquer son déodorant soi-même

Oui et non ! La plupart des ingrédients « maison » qui sont la base des déodorants DIY peuvent s’avérer nocifs si utilisés seuls, dans de mauvaises conditions d’hygiène ou mal dosés. Ou bien tout simplement, ils peuvent se révéler complètement inefficaces… Le bicarbonate de soude non dilué avec des agents adoucissants peut vraiment décaper la peau. Le talc ou la pierre d’alun utilisés seuls ne sont pas suffisamment puissants pour être vraiment convaincants ! Quant à l’huile essentielle de palmarosa, utilisée en mélange (jamais pure en contact direct avec la peau) elle laisse une traînée huileuse pas très glorieuse, et son odeur est disons… particulière.

Besoin d’un petit conseil pour trouver un déo aussi naturel que si vous l’aviez fait vous-mêmes, et aussi efficace que vous le souhaitez pour votre longue journée ? Regardez du côté des déodorants bio & solides Pulpe de Vie aux fruits anti-gaspi. Vos aisselles et la planète vous diront merci 😉

Dans Coaching soins sur mesure, On a la tchatche Partager :