Quels sont les dangers du fluor dans le dentifrice ?

Bénédicte
Bénédicte
Responsable digitale

Si nous sommes de plus en plus alertes quant à la composition de nos produits du quotidien, vous êtes-vous déjà intéressé à celle de votre dentifrice ?  Si certains sont ouvertement décriés comme le dioxyde de titane, le triclosan, etc…Un ingrédient en particulier a attiré notre attention, car il suscite régulièrement la polémique : le fluor. Ingrédient phare des dentifrices BIO comme traditionnels, le fluor n’est pas pour autant blanc comme neige. Perçu depuis les années 1950 comme un indispensable pour lutter contre les caries, cet oligo-élément est de plus en plus remis en cause et fait débat. 

Menthe

A quoi sert le fluor ?

Avant de s’interroger sur le rôle du fluor, il faut avant tout comprendre l’intérêt du brossage (on aurait bien aimé qu’on nous l’explique petit hihi) . Si l’émail est extrêmement résistant, il a cependant un talon d’Achille : l’acidité. Le sucre et les aliments, au contact des bactéries naturellement présentes dans la bouche se transforment en acidité qui attaquent l’émail et provoquent une cavité qui atteint la dentine, la partie de la dent qui est sous l’émail : c’est la première étape avant la carie. Le fluor va ainsi se déposer sur la dent pour la protéger de cette acidité.

Même s’il a effectivement prouvé qu’il était efficace pour protéger des caries et inoffensif à petite dose, le fluor a toutefois été classé par l’OMS comme l’une des 10 substances les plus dangereuses au monde, lorsqu’il dépasse les apports recommandés.

En effet, si l’utilisation du fluor dans les dentifrices est plutôt récente (cette pratique s’est répandue après la seconde guerre mondiale), il avait à l’origine un rôle bien différent : extraction d’aluminium, fabrication d’armes chimiques (type Bombe A, et on ne parle pas de Marilyn Monroe^^), pesticides, fongicides … Ainsi, pour la petite histoire, le laboratoire qui découvre son action anti-caries, était étroitement lié à Alcoa, un industriel spécialisé dans l’extraction de l’aluminium, qui cherchait, afin d’éviter d’être confronté à des scandales sanitaires (contamination de l’eau de la terre au fluor) à valoriser son image.

Le fluor opère donc le coup de marketing du siècle : il passe de poison à remède.

Il sera ainsi ajouté aux dentifrices, à l’eau minérale, et même à l’eau du robinet en France jusqu’à dans les années 1980. D’autres pays continuent d’ailleurs cette pratique encore aujourd’hui, comme l’Angleterre et le Canada.

Et c’est bien là le problème : le fluor n’est pas toxique si nous respectons les doses recommandées, fixées par jour à 0,5 mg pour les enfants de 1 à 3 ans, 0,8mg pour les enfants de 4 à 6 ans, 1,5mg pour les femmes / 2mg pour les hommes.

Or, le fluor est présent dans l’eau en bouteille, certaines eaux du robinet, les chewing-gums, le thé, les composés perfluorés (matières imperméables…). Des compléments en fluor sont même parfois prescrits chez les enfants ayant des caries, ou encore dans les kits à la sortie de la maternité.

Il n’en demeure pas moins que la réglementation autour du fluor est strictement encadrée. Concernant les soins bucco-dentaires, les dentifrices fluorés commercialisés en France ne doivent pas dépasser 1 500 ppm (soit 1,5mg)

Il est toutefois recommandé de se brosser les dents avec l’équivalent d’un petit pois de dentifrice.

se brosser les dents avec un dentifrice sans fluor

 

Quelles sont les alternatives au fluor ?

N’oublions pas que les caries ne sont apparues que très récemment : elles n’ont que 300 ans et sont liées à la consommation massive de sucres raffinés. Le docteur Max Henri Beguin, médecin d’origine Suisse, a fondé son travail sur ce dernier point : par exemple, son étude démontre qu’une personne ingérant régulièrement des sucres raffinés développera en moyenne 4,7 caries, 3,16 en utilisant du Fluor et 0,07 en consommant uniquement des sucres naturels !

Le rôle du fluor paraît donc moindre à côté d’une alimentation faible en sucres raffinés.

Le fluor étant autorisé dans les dentifrices BIO, c’est donc un choix du fabricant d’en ajouter ou non. Car si le fluor est efficace pour lutter contre les bactéries et renforcer l’email, il reste optionnel pour les dentitions qui ne sont pas sujettes aux caries.

Ainsi, des ingrédients comme le citron, le raisin, l’acide citrique, le sel, la perlite… méritent autant de se faire mousser que les dentifrices traditionnels : ils laveront et protégeront vos dents, le tout naturellement et sans aucun risque pour votre santé !

Pour conclure, si vous n’avez pas de prédisposition aux caries (auquel cas en effet un complément en fluor peut être recommandé), le fluor n’est pas obligatoire pour avoir une bouche saine !

Pulpe de Vie a donc choisi d’offrir le choix au consommateur en fonction des problématiques bucco-dentaires de chacun :

  • Dentifrice Fraîcheur « sans fluor » à la pomme BIO anti-gaspi pour une haleine ultra fraîche au naturel
  • Dentifrice Blancheur « sans fluor » au citron BIO anti-gaspi qui nettoie en douceur et blanchit naturellement
  • Dentifrice Protection « avec fluor » au raisin BIO anti-gaspi pour une action renforcée contre les caries
  • Dentifrice enfant “avec fluor” à la framboise BIO anti-gaspi pour nettoyer les dents des enfants

Vos enfants peuvent commencer le dentifrice dès qu’ils savent cracher. 

Ils sont tous à 99% d’origine naturelle minimum, BIO, Cruelty Free et Vegan. Afin d’épurer leur composition, ils ne contiennent également pas de dioxyde de titane, triclosan, aluminium, sulfates… Bref, rien qui soit suspecté d’être nocif ! Vous pouvez d’ailleurs retrouver leur liste INCI détaillée et expliquée sur chacune de leurs fiches produits 🙂

 

6 réflexions au sujet de “Quels sont les dangers du fluor dans le dentifrice ?”

    • Bonjour,
      Merci pour cette précision 🙂
      C’est exact, la dentine est une des trois “couches” qui composent la dent, en dessous de l’émail et au-dessus de la pulpe !
      L’idée était que l’acidité qui attaque l’émail et cause la carie peut sensibiliser cette dentine. C’est modifié !
      Belle journée 🙂

  1. Hello. “L’OMS a classé le fluor comme l’une des 10 substances les plus dangereuses au monde”, j’ai un doute (il y en a tellement de plus dangereuses). Pour une affirmation aussi osée, un lien vers la déclaration de l’OMS ne serait vraiment pas un luxe (j’ai googlé, j’ai rien trouvé).

    • Bonjour Jean-Pierre,
      Le classement de l’OMS datant de 2010 se trouve ici : https://www.who.int/ipcs/assessment/public_health/chemicals_phc/fr/
      Le fluor fait bien partie des “10 produits chimiques qui posent un problème majeur de santé publique”, à la 6e place juste après les dioxines et avant le mercure ! Il semblerait que sa toxicité ait été sous-estimée en raison de lobbys industriels qui ont eu intérêt à lui donner bonne réputation à une époque… (essayez de chercher alcoa fluor sur google 😉 )

  2. Bonjour,
    vous dites que le fluor est le 6éme produit chimique le plus dangereux selon l’oms.
    Hors, sur l’article mentionné, il n’est jamais question de classement, ils expliquent juste que c’est 10 produit pose des problèmes de santé publique.
    C’est une conclusion un peut hâtive de dire qu’il s’agit du 6e produit le plus dangereux au monde.

    • Bonjour Robin !
      Je comprends vos réserves. Toutefois, le fluor figure bien dans la liste des 10 produits chimiques les plus préoccupants selon l’OMS…
      Quelque soit l’ordre de gravité dans lequel on considère ces 10 produits, cela mérite quand même de se poser la question de la fréquence de notre exposition dans la vie quotidienne, n’est-ce pas ?
      En tous cas, nous, on a préféré s’abstenir d’en mettre dans nos dentifrices. Mais chacun reste libre d’en juger, ce qui est important étant d’être informé 🙂

Les commentaires sont fermés.