Made in France
  • Français
  • 🔥 SOLDES : jusqu'à -50% 🔥
  • Livraison offerte dès 40€
  • Retours et échanges gratuits sous 14 jours
  • -10% en s'abonnant à la newsletter
  • Gels douches : 2 achetés = le 3e offert
ESPACE PRO CONTACT
Pulpe de Vie
Fruits « moches » : y a-t-il une vie après l’oubli ?

Fruits « moches » : y a-t-il une vie après l’oubli ?

Fruits non standards, hors calibre, pas conventionnels, qui ne ressemblent pas aux produits lisses et parfaits que les pubs et Instagram vous incitent à mettre dans votre assiette : quel sort leur est-il réservé ?

La nature, les aléas climatiques, une récolte un peu tardive… Nombreux sont les facteurs qui peuvent impacter l’aspect du fruit (ou du légume !) et lui faire perdre sa « vendabilité ». Que devient-il alors ? Entre déchéance et splendeur, on retrace pour vous l’itinéraire d’un fruit pas très joli (mais plein de potentiel).

Sur quels critères un fruit est-il jugé « moche » ?

Plusieurs facteurs impactant l’aspect du fruit peuvent peser dans la balance pour l’écarter des circuits de distribution alimentaire.

-> Ses caractéristiques esthétiques (le « calibre ») : certains fruits sont naturellement plus petits, plus grands, plus foncés ou ont poussé avec une forme atypique ou une couleur inhabituelle…

-> La météo : pluie, vent, soleil, grêle… le temps qu’il fait a des conséquences sur leur apparence !

-> Le moment de la récolte : pas assez ou trop mûrs, la période de cueillette détermine aussi le potentiel beauté du fruit qui a décidément bien du souci à se faire pour être sélectionné sur le podium exigeant des fruits au physique parfait…

Qu’arrive-t-il aux fruits « moches » écartés ?

Alors, existe-t-il une filière française officielle du fruit « moche », qui re-cueillerait les végétaux abandonnés pour leur offrir une seconde vie ? Eh bien, jusqu’à maintenant, pas vraiment !

Certains d’entre eux peuvent être transformés en jus ou purée mais cela demande une organisation spécifique (on ne s’improvise pas extracteur de jus… matériel, logistique, contenants : il ne suffit pas de la cocotte-minute de mamie !). De plus, souvent, les agriculteurs font une culture spécifiquement destinée aux jus ou aux purées. L’autre alternative, c’est… Pulpe de Vie, bien entendu 😊

C’est là qu’entre en scène notre laboratoire, spécialiste des extraits végétaux : il récupère directement auprès de nos 16 agriculteurs bio partenaires de la région Sud les fruits qui ont été écartés de la vente et conçoit à partir de ceux-ci des eaux de fruits (ou de légumes !) distillées pleines d’actifs de super qualité qui vont être à la base de nos soins et apporter tous leurs bienfaits à votre épiderme.

C’est aussi un coup de pouce non négligeable pour les agriculteurs : à partir de végétaux qui étaient jusque-là considérés comme de la perte sèche pour leur porte-monnaie, ils tirent une valorisation qui les aide à soutenir leur activité et leur permet d’être un peu plus à l’abri des coups durs de la météo.

Selon les années et les conditions météorologiques, les fruits « moches » représentent environ 5% de leur production totale, mais cela peut être beaucoup plus, notamment en cas de catastrophe climatique, comme la grêle !

Nous avons fait le choix de ne pas appliquer de décote à ces fruits et légumes, que nous achetons au même prix que les « beaux » fruits qui partent dans le circuit alimentaire. C’est notre façon de dire merci aux producteurs pour leur engagement dans une agriculture bio respectueuse de l’environnement et de notre peau 😊

Dans Engagées pour la planète, On a la tchatche Partager :