Pulpe de Vie
Garder bonne mine en hiver avec un autobronzant naturel sans DHA

Garder bonne mine en hiver avec un autobronzant naturel sans DHA

Le froid, on s’y habitue. Les journées avec 5h de jour aussi. Les pulls qui piquent, les 4 kilos en trop, les rhumes à répétition… La seule chose à laquelle vous ne vous ferez jamais en hiver, c’est votre teint blafard au réveil. Et au coucher. Et la journée. Bref, toutes les couches de fond de teint ne suffisent pas à vous redonner votre bonne mine d’avant, et l’époque où une touche de blush était tout ce qu’il vous fallait pour vous sentir au top de vous-même vous semble bien loin.

Et si des idées sombres ont pu vous parcourir l’esprit (non, vous ne ferez pas d’UV !!), vous n’êtes plus aussi réticente qu’autrefois à tester de nouvelles alternatives qui feront des jalouses parmi vos collègues (« quoi, elle est encore partie en vacances ?? »)

Les autobronzants chimiques

A l’origine des autobronzants, une molécule : le DHA ou dihydroxyacetone. Elle peut être obtenue naturellement mais est le plus souvent synthétisée chimiquement. L’intensité de l’effet sera en fonction du dosage : quelques pourcents pour les peaux claires, 5% maximum pour les peaux foncées.  Le DHA provoque un brunissement chimique du dessus de l’épiderme. Pas d’inquiétude, celui-ci agit seulement sur la couche cornée, soit la peau déjà morte : ainsi, le phénomène est temporaire et ne pénètre pas l’épiderme. La DHA n’est donc pas toxique en soi. Cependant, on lui rajoute très souvent des additifs, qui peuvent être irritants et/ou allergisants. De plus, l’odeur qui se dégage de l’oxydation de la peau est souvent particulière : on rajoute donc souvent des parfums synthétiques afin de la cacher.

En plus, les contrariétés qu’on peut rencontrer suite à l’application ne sont pas toujours très glamour : difficile de doser la texture, on se retrouve souvent avec les mains orange le lendemain, sans parler du manque d’uniformité et des taches… Ce n’est pas Ross qui dira le contraire 😉

Ross et les autobronzants chimiques

Les autobronzants naturels

Il existe beaucoup d’alternatives naturelles aux autobronzants traditionnels, le plus connu étant le bêta-carotène, de la famille des caroténoïdes. Celui-ci va non seulement activer votre mélanine, mais aussi la vitamine A (ou Provitamine A), à l’origine de la coloration naturelle de la peau. La vitamine A assure en outre une protection efficace contre les UV, le vieillissement cutané (lutte contre les radicaux libres) et contribue généralement à maintenir la peau en bonne santé.

Vous pouvez l’ingérer (elle est présente dans beaucoup de fruits et légumes, le plus connu étant la carotte), ou le retrouver directement dans des cosmétiques. Pour être efficace sous cette forme, il a besoin d’être mélangé à un corps gras, ce qui peut engendrer une texture épaisse qui ne convient pas forcément aux peaux les plus grasses. Il est d’ailleurs toujours conseillé de faire un gommage avant d’appliquer de l’autobronzant, pour que le rendu soit plus uniforme.

Comment faire son propre autobronzant naturel ?

La nature regorge de bien d’autres autobronzants naturels, qui ne coûtent pas cher à fabriquer et ne contiennent aucun ingrédient suspect. Le petit plus : vous pouvez adapter vous-même le degré de coloration qui vous plaît !

Les autobronzants qui partent à l’eau

Comme un maquillage éphémère, ils ne sont faits que pour colorer naturellement votre corps le temps d’une journée ou pour une occasion, si vos jambes sont trop blanches pour porter une jolie petite robe par exemple. Appliquez-le après la douche et évitez de faire du sport dans la journée, car la transpiration peut laisser des traces sur ce bronzage temporaire.

Le thé noir : faites infuser votre thé comme d’habitude, en doublant la quantité de thé ordinaire par rapport au volume d’eau, puis laissez reposer au moins une journée. Appliquez-le au coton ou au pinceau sur le visage et le corps.

La poudre de café ou de cacao : mélangez-en une cuillère avec une crème hydratante bio et neutre et répartissez sur la peau en massant bien.

Les autobronzants plus longue durée

Le macérât huileux de carotte : la meilleure option pour le visage, à faire vous-mêmes si vous avez la patience, ou à acheter en magasin bio à prix très raisonnable. Chauffez quelques gouttes entre vos mains et déposez-les comme un sérum par gestes circulaires, avant votre crème hydratante habituelle. En une semaine d’application quotidienne vous verrez déjà un léger hâle doré apparaître sur votre teint. Pour les peaux sèches, vous pouvez la remplacer par de l’huile d’argousier diluée dans le même volume d’huile végétale (olive, abricot, coco…). Très efficace mais moins recommandée aux peaux sujettes à imperfections, car elle stimule la production de sébum !

Le henné : choisissez-le 100% naturel (de couleur vert clair) et mélangez-le avec de l’eau pour obtenir une pâte, à appliquer sur une peau propre et humide en couche épaisse avec des gants en plastique. Enveloppez de cellophane et laissez poser 5 min avant de rincer, l’effet est immédiat ! Cette poudre naturelle bien connue des traditions orientales a un fort pouvoir colorant, aussi vous pouvez faire un test sur une petite partie du corps pour voir quel est le temps de pose idéal au niveau de la couleur, avant de passer à de plus larges zones.

Dans Beauté, On a la tchatche Partager :